En ligne
2 Visiteurs, 0 Membre, 0 Modérateur, 0 Administrateur En ligne.

Total : 2
 
Rss Phosphénisme



Niveau : facile
Précautions : attention
Durée : à partir de 20 minutes


RemarqueBien que peu connu du grand public et décrié par certains, le phosphénisme n'en reste pas moins efficace. Toute l'instruction disponible à ce jour est uniquement accessible (moyennant finance) depuis le site http://www.phosphenisme.com. Les connaisseurs remarqueront que certains exercices de ce dossier se basent sur ma propre expérience et peuvent donc différer de l'enseignement "officiel". Rappellons en effet qu'il ne sert à rien de s'enfermer dans une doctrine et que même les travaux du Dr Lefebure, le père de cette découverte, se fondent sur des techniques ancestrales.


Objectif


Le phosphénisme permet de stimuler l'ensemble de ses aptitudes en canalisant l'énergie lumineuse. Il est surtout utilisé dans les domaines de l'apprentissage et du rêve mais peut servir de complément à la plupart des exercices spirituels.


Théorie


La fixation d'une source de lumière incandescente provoque une image persistante au niveau de la rétine, appelée phosphène, qui combinée à l'association d'une ou plusieurs pensées assure la base de cette technique. Un phosphène seul n'apporte donc rien de constructif s'il n'est pas associé à une autre action.

La vie d'un phosphène se déroule en plusieurs étapes.

Tout d'abord, il suffit de regarder une source lumineuse sans bouger les yeux. Suivant la méthode utilisée, il s'ensuit différents types de phosphènes :
  • Le micro-phosphène : observez une flamme statique pendant au moins 30 secondes (une bougie par exemple).
  • Le phosphène : fixez une ampoule à filament durant 30 secondes, en respectant une distance entre vous et la lampe de minimum deux mètres.
  • Le super-phosphène : jetez un rapide coup d'oeil directement sur le soleil (une seconde MAXIMUM).

Ensuite, après avoir éteind la lumière ou détourné le regard, le phosphène va apparaitre puis rester environ 3 minutes dans le champs visuel (même si les paupières sont clauses). Une coloration jaune verte se dévoile en premier, pour faire place à une nuance de rouge rosée et finir sur une teinte bleu nuit. Une faible tonalité grisâtre reste encore visible quelque temps avant de se dissiper complètement.

Si le phosphène bouge, ne cherchez surtout pas à le suivre des yeux. Ce phénomène se produit seulement au début, avec l'entrainement vous ne serez plus gêné de la sorte.


Matériel


Avant d'entreprendre quoi que ce soit, l'équipement suivant est indispensable pour pratiquer cette discipline :

Une lampe
Choisissez en une orientable face à vos yeux, si possible avec un réflecteur afin d'augmenter le diamètre du rond lumineux. Vous trouverez votre bonheur du coté des lampes de bureau, des accessoires photo ou de l'éclairage pour plantes. La lampe vendue sur le site du phosphénisme est fonctionnelle mais extrêmement coûteuse et de piètre qualité (l'ancien modèle que je possède a rapidement eu des problèmes de jeu au niveau du support de l'ampoule et son réflecteur se déforme facilement).

Une ampoule
Il faut impérativement un modèle à incandescence (allumée, elle doit chauffer). Bannissez les ampoules fluo compactes, celles à led ainsi que les néons et les halogènes. L'ampoule doit être blanche, opaque et d'une puissance de 75W (à 60W la lumière est un peu faible ; quand aux références de 100W, vous risquez de graves problèmes aux yeux, même si pendant plusieurs mois aucune anomalie ne se fait sentir).
Ce type d'éclairage étant maintenant interdit à la vente, donc retiré des rayons, il vous faudra chercher sur internet ou explorer vos fonds de tiroirs. Personnellement, j'ai mon stock de Philips Softone blanc 75W.


Otez toute trace d'écriture de la surface de l'ampoule à l'aide d'un tampon à récurer, imbibé éventuellement de produit ménager en cas de forte incrustation.


Une prise électrique télécommandée

L'allumage et l'extinction répétés de la lampe nécessite un interrupteur adapté. Le mieux reste une prise télécommandée. A défaut, bricolez une rallonge munie d'un interrupteur à portée de main.







Exercices


Apprentissage

Ce chapitre vous montre comment assimiler n'importe quel enseignement à l'aide des phosphènes.



Commencez par vous reposer un peu de façon à avoir l'esprit tranquille et disponible (20 minutes ou plus).

Installez vous ensuite confortablement dans une pièce calme (pas de TV ou de musique en marche) et suffisament éclairée.

Munissez vous de votre cours à mémoriser, d'un stylo, de papier et d'un surligneur (pas de jaune fluo). Posez le tout de manière accessible et ordonnée sur votre bureau ou votre table. Veillez à ne pas garder trop de bibelots inutiles sur votre plan de travail, ce qui pourrait détourner votre attention.

Utilisez un siège pivotant ou positionnez votre lampe afin à d'éviter de tourner la tête de manière excessive.

Allumez votre ampoule, faites un phosphène d'une trentaine de secondes puis éteignez là. Agissez à l'identique toutes les 5 minutes environ jusqu'à la fin de l'exercice.

Lisez tranquillement 3 fois votre texte sans chercher à le retenir (la première et troisième fois mentalement, la deuxième fois à haute voix).

Ensuite parcourez le de nouveau en notant les mots inconnus ainsi que les termes qui vous paraissent flous. Consultez un dictionnaire papier ou en ligne (dans ce cas, éteignez l'écran de l'ordinateur après recherche). Relisez la leçon qui doit vous paraitre claire.

Recopiez a présent l'intégralité du document.

Faites un nouveau passage en y surlignant les mots clefs.

Fermez les yeux et visualisez chaques expressions retenues dans le phosphène en les répétant oralement. Recommencez l'opération plusieurs fois.

Maintenant essayez de mémoriser le texte. Faites le patiemment, phrase après phrase. Dés que vous en connaissez une, relisez toutes celles que vous avez apprises, faites un bref résumé oral et passez à la suivante. N'hésitez pas à prononcer les mots de vive voix ou à écrire des lignes complètes.

Le support audio est également une bonne chose si vous possédez du matériel pour vous enregistrer et vous écouter.

Toutes les 45 minutes, une pause d'un quart d'heure est nécessaire (levez vous et quittez la pièce). Gérez bien la répartition du temps. Mieux vaut deux heures de labeur sur deux jours que deux heures d'affilé.

Cette technique peut être adaptée à d'autres disciplines (langues vivantes, problèmes à résoudre...) en gardant bien en mémoire le mode de fonctionnement du cerveau (comprendre, voir, entendre, écrire, répéter, laisser reposer).

Pensée rythmée
La pensée rythmée se décline en plusieurs variantes. Nous n'étudirons ici que l'une des ses formes, le balancement latéral, qui calme l'esprit et renforce l'intuition (un dossier sur la télépathie verra prochainement le jour).

Elle se pratique assis, de préférence dans une position proche du Siddhasana. Laissez un espace vierge d'un mètre environ autours de vous afin de prévenir toute blessure s'il vous arrive de vous écrouler au sol (rien de bien méchant, il peut vous arriver de décrocher inconsciemment et de tomber).

Munissez vous d'un métronome paramétré sur une seconde, essentiel pour donner le tempo de cet exercice. A défaut, téléchargez ce fichier sonore qui remplira cette fonction.

Allumez la lampe après l'avoir installée bien en face de vous.

Faites un phosphène, ne pensez à rien de précis, détendez vous simplement.

Eteignez la lampe.

Balancez la tête latéralement et sans à-coup, le mouvement doit être complètement fluide.

Dans un premier temps, maintenez une inclinaison assez ample (45° environ).

Changez de sens toutes les secondes au rythme du métronome (inclinez votre tête vers la droite, puis au clac penchez la vers la gauche et ainsi de suite en respectant le timing d'une seconde par passage, soit deux secondes l'aller retour).

Répétez mentalement et sans arrêt le mantra illi sur la même cadence, en faisant sonner le i sur chaque coté en synchronisme avec le bruit du métronome (pour deux secondes de pensée rythmée, récitez donc illlllllllllllillllllllllllli), le flot vocal ne s'arrêtant jamais.

Simultanément, visualisez dans votre crâne quelque chose bougeant en harmonie avec les déplacements de votre tête, à savoir :
  • Une figure géométrique, un triangle ou un carré par exemple. Faites circuler le symbole de droite à gauche et de gauche à droite. Cette option est la plus facile pour les personnes ayant des difficultés d'imagination visuelle.
  • Un objet ou une plante comme une fleur se balançant au gré du vent, la flamme d'une bougie se penchant doucement ou tout autre sujet. Même chose que précédemment, le mouvement imaginé se fait dans le sens de la tête.
  • Un point lumineux blanc partant de l'infini sur l'un des cotés, passant dans votre crâne par chaque tempe, puis achevant sa course au lointain vers l'autre extrémité. Bien que la tête monte et descende quand vous l'inclinez, ne courbez pas la trajectoire effectué par la bille de lumière. Cette méthode est la meilleure mais c'est aussi la plus complexe à exécuter.

Soyez en permanence vigilant aux perceptions que vous ressentez dans votre tête, au déplacement du cerveau dans votre boite crânienne.

Dans un deuxième temps, quand vous le sentez, diminuez l'amplitude de l'oscillation jusqu'à ce qu'elle soit à peine perceptible.

Si nécessaire, faites un nouveau phosphène sans arrêter l'exercice, tout en maintenant ce rythme très faible.

Continuez de la même manière sur une durée de votre choix, puis reprenez la cadence normale. Alternez les vitesses comme bon vous semble.

Terminez la séance en restant immobile deux minutes ou plus.

Contractions statiques
Cette technique difficile à réaliser provoque le dédoublement dans les rêves. La nuit, pendant le sommeil, la conscience est projetée dans un rêve programmé très réaliste. Tous les sens sont à disposition, la vision est comme élargie et l'esprit instantanément éveillé. Libre comme l'air, l'imagination marque la seule limite (il est possible de voler par exemple).

Je vous conseille en complément de tester plusieurs méthodes d'éveil et de prise de contrôle des rêves (voir le dossier sur les rêves lucides).

Pour cet exercice, l'utilisation de module audio est impératif. Celui que j'ai créé se décline en deux versions, l'un pour l'entraînement et l'autre pour l'exécution normale, l'ensemble téléchargeable ici. Je tiens à remercier Jean-Marc Staehle de son aimable autorisation pour l'intégration d'une de ses musiques.

Trouvez une pensée de 8 secondes environ résumant votre désir de voyage intérieur (lire l'article sur l'autosuggestion pour choisir sa formulation), exemple : cette nuit je me dédouble facilement et en toute confiance sur une belle plage déserte et ensoleillée.

Commencez le soir avant de vous coucher.



Allongez vous sur le dos dans l'obscurité, la lampe dans l'axe de votre regard (ou facilement accessible).

Allumez la lampe.

Répétez 3 fois votre pensée en fixant la lumière, tout en visualisant l'endroit visé.

Eteignez la lampe.

Contractez progressivement votre jambe droite jusqu'au premier bip (8 secondes).
Pendant la contraction :
  • Imaginez une lumière blanche qui vibre dans votre jambe.
  • Prononcez mentalement sans vous arrêter le mantra ki au 6ème de seconde (kikikikikiki...), des petits sons aigus sont synchronisés à ce rythme sur le fichier sonore fourni.

Laissez votre jambe trembler physiquement (2 secondes). Pas besoin de forcer comme un haltérophile pour arriver au tremblement. Ne soulevez pas la jambe.

Continuez de réciter le mantra et de visualiser la lumière palpitante.

Relâchez toute tension physique.
Pendant la détente :
  • Vous pouvez arrêter ou continuer le mantra selon votre préférence.
  • Imaginez à l'intérieur du phosphène votre jambe se trouvant le lieu de votre voyage nocturne.
  • Contractez mentalement votre jambe jusqu'au bip (2 secondes).
  • Faites trembler mentalement votre jambe jusqu'au bip suivant (2 secondes).
  • Relâchez mentalement votre jambe (2 secondes).
  • Repos (2 secondes).

Soyez attentif aux sensations ressenties.

Répétez les mêmes actions pour la jambe gauche, chaque bras puis le tronc et enfin la tête.

Appliquez 3 fois les contractions statiques sur la totalité du corps comme vous l'avez fait pour chaque membre.

Schématiquement, le parcours est résumé ainsi :

- Jambe droite
- Jambe gauche
- Bras droit
- Bras gauche
- Tronc
- Tête (+cou)
- Corps entier (x3)

Faites de nouveau un phosphène puis réitérez l'ensemble depuis le début minimum 5 fois de suite (réduit à 3 fois en cas d'entraînement afin de ne pas vous décourager).

Cette exercice est à refaire plusieurs fois par semaine.

Pendant votre sommeil profond, les symptômes suivants vous avertiront d'un dédoublement imminent :
  • Craquements ou sensation de "décompression" dans votre crâne
  • Tourbillonnement de votre corps sur lui-même
  • Souffle d'air sur votre visage
  • Bruits réguliers (de pas par exemple) ou musique très nette

A noter qu'il vous sera impossible de différencier ces ressentis de leurs équivalents sur le plan physique. Ne luttez pas, affrontez vos peurs et canalisez vos émotions, sous peine de stopper l'expérience.

Bonne nuit !
 
 
Note: Aucune note
(0 note)
Ecrit par: PapyOne, Le: 27/09/10