En ligne
1 Visiteur, 0 Membre, 0 Modérateur, 0 Administrateur En ligne.

Total : 1
 
Rss Rêves lucides



Niveau : moyen
Précautions : sans risque
Durée : à partir de 10 minutes


Objectif


Les rêves lucides permettent de développer son self-contrôle de façon très ludique, de se ressourcer, d'élargir son niveau de conscience et d'avoir une vision plus sereine de la mort.

L'univers onirique est sans limite, plus vaste et riche que le monde matériel. Il est possible de s'y déplacer librement, en tout lieux et d'y faire ce que l'on souhaite sans avoir de compte à rendre.

L'exploration aérienne, spatial ou sous-marine y est captivante. C'est l'endroit idéal pour se laisser aller à ses instincts primaires (bonne méthode de catharsis) ou pour tenter toutes sortes d'expériences (vol, création, transformation, déplacement d'objet, rencontre, dialogue...).

Vous pouvez passer du plan physique à celui des songes au gré de vos humeurs. Lorsque vous traversez une période difficile de votre vie, embarquez pour un voyage intérieur et de la même manière, si l'un de vos rêves vous importune, retournez simplement dans votre lit.

Avec un peu de pratique, vous finirez même par percevoir le coté instructif et sympathique de vos cauchemars.


Se souvenir de ses rêves


A quoi bon faire des rêves éveillés si vous n'en gardez aucune trace l'aube venue ?

Pour amener la conscience dans les rêves, il faut amener les rêves à la conscience.


La première démarche à faire est de tenir à jour un journal de ses rêves.

Les souvenirs s'évanouissant rapidement, il vous faut les noter :
  • Le matin au réveil. Le meilleur compromis selon moi. Plus tard dans la journée, vous en aurez oublié une grande partie.
  • La nuit après chaque rêve. C'est à cet instant que les détails sont les plus fournis. En contrepartie, vous devez faire l'effort de vous réveiller. De plus, si vous dormez en couple, votre conjoint risque de ne pas apprécier ces coupures intempestives.

Avec le temps, ne soyez pas étonné d'arriver soudainement à vous souvenir de rêves datant de plusieurs années.

Décrivez votre rêve sans le juger avec les mots qui correspondent le mieux à votre ressenti. Ecrivez tel quel ce que vous avez vécu.

Par exemple, notez que vous avez joué avec "votre" chien même si vous ne possédez pas d'animal ; ne mettez pas "un" chien si au moment de l'action vous aviez la certitude que c'était le vôtre. De façon similaire, vous pouvez vous trouver dans un endroit inconnu et pourtant correspondant à "votre maison". L'irrationnel étant monnaie courante, vous pouvez très bien commencer une conversation avec une personne et la terminer avec quelqu'un d'autre, bien qu'il s'agisse cependant du même dialogue.

Le logiciel L'attrape-songes est un bon allié pour archiver vos rêves.

Relisez périodiquement votre journal afin de vous remémorer vos escapades ainsi que l'ambiance qui y régnait.


Techniques de contrôle


En journée
Notre activité nocturne est influencée par nos occupations effectuées en journée. Certains évènements y sont reproduits.

En conditionnant vos actes journaliers, vous allez programmer des alertes pour la nuit, qui seront autant de signaux vous permettant de réaliser que vous rêvez.

Vous allez accomplir les tâches suivantes :
  • Vous occuper de votre journal des rêves (complétez le et consultez son contenu).
  • Lire ou discuter sur le thème du rêve. Parlez entre amis ou si vous êtes seul, dirigez vous sur le forum Le Spirit Bar ou sur l'excellent LD4All (malheureusement en lecture seule depuis août 2010 !... mais celui d'Attrape-songes est bien parti pour le remplacer) ; naviguez également sur internet ou feuilletez des livres sur le sujet.
  • Faire des tests de réalité (voir le descriptif plus loin). Exécutez cet exercice avec grand soin et attention, en prenant quelques secondes pour réellement réfléchir au résultat (positif ou négatif). Associez si nécessaire des gestes quotidiens à vos tests de réalité afin de ne pas oublier de les faire (par exemple, à chaque fois que vous montez un escalier ou que vous avez faim, faites un test de réalité). Le must étant de choisir un acte que vous faites souvent et que vous rencontrez également en rêve.
  • Repérer les situations anormales. Soyez vigilant à toute chose sortant de l'ordinaire.

Au coucher
La période juste avant de s'endormir est parfaite pour conditionner notre cerveau.

Appliquez les instructions ci-dessous :
  • Pratiquez l'autosuggestion, avec pour objet la lucidité dans les rêves.
  • Faites des contractions statiques (voir le dossier sur le phosphénisme).
  • Planifiez votre songe et essayez d'y penser quand vous allez vous coucher. Il faut savoir à l'avance ce que vous désirez faire, car une fois éveillé dans votre rêve vous n'arriverez pas forcément à canaliser l'énergie nécessaire à cette réflexion ; il faut donc que ce soit une sorte d'automatisme : "je réalise que suis conscient, je fais ceci".

La nuit, endormi


Il est bon de définir le type de périple auquel nous avons affaire :
  • Le rêve normal.
  • Le rêve où l'on est conscient de rêver (sans interagir).
  • Le rêve lucide (le rêve est contrôlé).
  • Le dédoublement (l'éveil est à 100% et tous les sens sont exacerbés).
  • La sortie hors du corps physique (ce n'est plus un rêve mais une réalité extérieure au plan matériel).

Le monde onirique à sa propre logique, sur le moment tout y est parfaitement normal même si au matin l'ensemble nous semble confus ou tordu.

Pendant votre sommeil, il faut donc provoquer le déclic qui vous fera prendre conscience que vous êtes dans un rêve et non pas dans la réalité.

Pour vous en assurer, vous allez donc procéder à une série d'actions anodines (appelées communément "tests de réalité").

Les tests de réalité les plus connus sont les suivants :
  • Bouchez vous le nez puis essayez d'inspirer. Si vous arrivez à respirer c'est que vous rêvez ! Cette épreuve est la meilleure de toute car elle n'échoue jamais.
  • Tentez de passer la main à travers une surface solide. Cette expérience ne fonctionne pas à tout les coups, même en songe vous pouvez vous heurter à la dureté de la matière comme dans la réalité.
  • Tirez sur un de vos doigts en cherchant à l'étirer. Lorsqu'il s'allonge, vous êtes sûr d'agir dans le monde onirique. Le cas contraire ne signifie nullement que vous êtes vraiment réveillé.
  • Parcourez un texte puis relisez le en vérifiant chaque phrase. En rêve, les mots changent et les lettres peuvent être difficilement lisibles.
  • Contemplez vous dans un miroir et soyez à l'affût de toute malformation ou particularité trahissant l'irréalité du moment.
  • Sautez en l'air. Si vous êtes capable de monter très haut ou si vous retombez en flottant comme si vous étiez sur la lune (apesanteur anormale), c'est que vous rêvez. Effectuez ce bond discrètement pour ne pas passer pour un aliéné.
  • Regardez une montre ou une horloge. Focalisez vous sur le sens et la vitesse des aiguilles. Sont-ils normaux ? Quand vous détournez le regard un court instant pour contrôler l'heure de nouveau, l'affichage a t-il changé ? Clarifiez votre état d'éveil en vous aidant de ces paramètres.
  • Actionnez l'interrupteur d'une lampe. L'éclairage fonctionnant très mal dans les songes, interprétez avec suspicions le comportement des lumières (ampoules qui grillent, éclatent ou refusent de s'allumer).
  • Retracez les étapes menant là où vous êtes actuellement. Posez vous la question "comment suis-je arrivé là ?". Si vous êtes incapable d'y répondre, il y a de fortes chances pour que vous rêviez.
  • Inspectez les toilettes lorsque vous faites vos besoins. Observez bien le lieu, cherchez les anomalies. La durée de l'acte est-elle anormalement longue ? Lorsque notre corps a envie de se soulager et que nous dormons, notre cerveau nous projette souvent dans un songe adéquat.

Une fois lucide, restez calme sinon vous risquez de vous réveiller.

Vous allez maintenant être confronté à un autre problème : la perte de cet éveil.

N'attendez pas d'être totalement privé de pouvoir, dés les premiers signes d'affaiblissement de votre vigilance, faites les gestes ci-dessous :
  • Frottez vous les mains.
  • Tournez sur vous même.
  • Criez "Je reste lucide !", "Je garde le contrôle !", "Je maitrise ce rêve !" ou toute autre phrase revigorante.

La nuit, corps et esprit éveillés
Un bref descriptif des phases du sommeil est primordial pour comprendre cette partie.

Une nuit se compose de plusieurs cycles d'une durée d'environ 90 minutes chacun.
Chaque cycle se divise en différentes étapes. Seule la dernière, le sommeil paradoxal, nous intéresse ici. C'est durant cette phase que nous rêvons et c'est lors des derniers cycles que les songes y sont le plus long (jusqu'à 20 minutes).

Entre chaque rêve, il nous arrive d'être réveillé un bref instant. Généralement, nous en profitons pour changer de position.

La première technique découle de cette observation. Lorsque cela se produit, ne bougez surtout pas, concentrez vous simplement pour maintenir cet état d'éveil. Rapidement vous allez enchainer sur un nouveau rêve en restant lucide.

La deuxième méthode a une approche différente.

Programmez votre réveil pour une heure tardive (3 heures du matin par exemple) puis levez vous lorsqu'il sonne. Si vous n'avez pas assez de volonté pour vous extraire de votre lit, éloignez votre réveil le soir. Vous serez ainsi contraint de vous lever pour l'arrêter.

Vous allez ensuite attendre votre prochain cycle de sommeil (patientez minimum 20 minutes mais ne dépassez pas les 70 minutes).

Pendant ce temps, absorbez vous dans des activités impliquant la thématique du rêve, comme pour les occupations en journée (lecture, forum,...).

Vous pouvez aussi utiliser le logiciel gratuit StimEvo (stimulateur d'éveil onirique) téléchargeable ici, qui va solliciter votre esprit afin de provoquer des tests de réalité dans votre sommeil.

Quand vous sentez que vous ne tenez plus debout, allez vous recoucher.

A l'endormissement
Les pratiques suivantes sont à faire en début de nuit ou après un réveil provoqué. Elles ne sont pas adaptées aux débutants qui généralement vont s'endormir.

Dans votre lit, portez votre attention sur l'acouphène dans vos oreilles (petit sifflement aigu permanent). Vous aller alors l'intensifier jusqu'à ce que votre corps ne puissent plus bouger (vous percevrez un peu avant des fourmillements aux extrémités de vos membres). Pas de panique, c'est normal, cela s'appelle la paralysie du sommeil. Ensuite vous basculerez dans le rêve en restant éveillé (l'image, le son et les sensations arrivant progressivement).

Une variante consiste à se concentrer sur les battements de son coeur ou sur sa respiration.

Une autre méthode connue sous le nom de pianotement, demande de bouger doucement et alternativement deux doigts. Au bout d'un moment, vous aurez l'impression de continuer alors que vous ne procéderez à aucun mouvement physique. Faites alors des tests de réalité pour vous en assurer.

Si vous êtes d'un naturel imaginatif, essayez la technique de visualisation. Efforcez vous de percevoir le rêve, fondez vous dans les images, absorbez les sons, essayez de goûter aux sensations. Petit à petit, laissez vous envahir jusqu'à plongez dedans.

La dernière approche concerne l'utilisation de matériel.



Certains fabriquants propose des équipements généralement constitués d'un masque muni de diodes lumineuses rouges, de hauts parleurs et d'un boitier de paramétrage. Les plus célèbres sont le REM Dreamer et le NOVA Dreamer.

Le principe de fonctionnement est simple : des impulsions sonores et visuelles vous sont envoyées lorsque vous rêvez (l'appareil détecte le mouvement rapide de vos yeux qui caractérise le sommeil paradoxal), vous percevez alors ces signaux, prenez conscience que vous rêvez puis devenez lucide.

Revers de la médaille, les réglages étant sensibles, il faut du temps pour trouver un ajustement correct de ses éléments. Le masque est également gênant pour dormir, il provoque souvent des réveils et des faux réveils (certains sont cependant équipés d'un bouton de test de réalité prévu à cet effet).

Réveil forcé
Pour une raison où une autre, vous pouvez être amené à vouloir quitter un rêve pour retourner au niveau physique.

Vous avez le choix entre :
  • Respirer très fort. Votre corps est paralysé mais pas intégralement. Vos poumons faisant bouger votre ventre et votre poitrine, profitez en pour inspirer et expirer le plus rapidement et brutalement possible.
  • Vous concentrer sur le doigt d'une main et d'un pied. Centralisez vous uniquement sur un doigt en vous efforçant de le faire bouger.

Fréquemment, vous serez confronté à de faux réveils. Vous croyez être réveillé alors que vous dormez encore. Faites donc toujours un ou plusieurs tests de réalité avant de vous lever.
 
 
Note: Aucune note
(0 note)
Ecrit par: PapyOne, Le: 25/10/10